La méthode Topino : une visibilité des rapports de genre

La méthode Topino qui consiste à appliquer des maques de couleur sur les personnes identifiées comme femmes ou comme hommes a été développée dans le cadre d’une recherche-action menée à Gennevilliers de 2014 à 2020 et financée par la municipalité, sur les expressions des rapports sociaux de genre dans l’espace public. L’origine de cette méthode vient de la production artistique du peintre Gérard Fromanger, principalement dans les séries Annoncez la couleur et Hommage à François Topino-Lebrun. Dans la série Hommage à François Topino-Lebrun, Gérard Fromanger compose en 1975 La mort de Pierre Overney, entre 1975 et 1977 La mort de Caïus Gracchus, La vie et la mort du peuple, en 1989 Le siège de Lacédémone par Pyrrhus repoussé par les habitants eux-mêmes de tout sexe et tout âge et entre 1975 et 1977 La vie des idées. Ce sont La mort de Caïus Gracchus et La vie et la mort du peuple qui servent de point de départ à la réflexion. Le premier tableau reprend la composition et le titre d’une toile du peintre François Topino-Lebrun représentant l’assassinat du tribun de la plèbe romain Caïus Gracchus dans une émeute après l’autorisation de son élimination donnée par le Sénat par la promulgation d’un senatus consultum ultimum. Caïus Gracchus meurt en 121 avant J.-C.  François Topino-Lebrun, peintre de la Révolution, jacobin et babouviste est lui aussi visé par un procès en 1801, au moment où il prépare un grand tableau représentant le Siège de Lacédémone, incitant le peuple à défendre la République. Il est guillotiné le 31 janvier 1801. Ses œuvres sont redécouvertes dans les années 1970. Gérard Fromanger proposer une interprétation cartographiée et légendée de l’œuvre peinte par Topino-Lebrun avec 13 cartouches, de couleurs et de gradation différente établissant des correspondances entre les intervenants dans le processus de condamnation et de mise à mort de Caïus Gracchus et de Topino-Lebrun. Les acteurs sont spatialisés et anonymisés par des masques de couleurs, de sorte que cela donne à voir le système politique et les rapports de domination plutôt que les individus agissants. Le second tableau, est présenté en regard et présente une scène de la vie parisienne des années 1970 où les individus sont masqués et cartographiés selon la même légende que dans le tableau précédent.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.