Une carte pour “Habiter les rives” de la compagnie La Commune Mesure.

De 2021 à 2022, la compagnie d’arts de rue La Commune Mesure était en résidence dans la métropole de Valenciennes, grâce à la complicité du CNAREP Le Boulon. A la fin de cette résidence : un roman-photo. Dans le roman-photo : une carte.

La Commune mesure, dirigée par Julie Romeuf, s’intéresse aux rives de l’Escaut, fleuve qui prend sa source dans l’Aisne avant de vagabonder en Belgique pour rejoindre la Mer du Nord aux Pays-Bas. C’est donc le sens d’Habiter les rives. Comment habite-t-on les rives lorsqu’on habite à Valenciennes, à Bruay-sur-Escaut, Fresnes-sur-Escaut ou Condé-sur-Escaut ? La troupe rencontrera foule d’habitantes et d’habitants. A moi d’en faire une carte donc.

Carte du roman-photo “Habiter les rives” par la Commune mesure.

La quantité de récits qui m’arrivent est hétéroclite, des vies toutes différentes, tellement loin de la statistique globalisante. Je me fixe plusieurs contraintes que je tiens autant que je peux. Je souhaite changer le point de vue de la carte :

  • Ne pas me situer à la hauteur de Sirius pour regarder la terre, mais à la hauteur des épaules d’un géant qui, à l’instar de ceux qui grandissent dans les villes, habiterait le fleuve et le parcourrait d’amont en aval et inversement. Faisant cela je voudrais me défaire de cette attitude surplombante et un brin expansionniste des façons de faire des cartes habituelles. C’est un essai.
  • Dessiner la carte et la faire reconnaissable pour celles et ceux qui n’ont pas l’habitude de se situer sur une carte, et se faisant m’affranchir quelque peu des distances euclidiennes. Les “dépliés” des architectes et des paysagistes : tout dessiner à plat les façades, les murs de dedans, les sols, les fenêtres, les plafonds, les arbres, les jardins… et puis aussi les sous, les odeurs… et faire en sorte que l’on puisse tout remonter. C’est absolument infaisable dans le temps proposé : mais tout de même, tenter une carte dépliée malgré tout.
  • Raconter les histoires des rives de l’Escaut entremêlées, la carte palimpseste, expression commune des géographes prend tout son sens ici.

Je dresse donc une liste des objets-références avec lesquels je veux construire ce discours. J’imagine la carte comme un grand tissu, une toile de Jouy, ces indiennes qui racontent des scènes de vies quotidiennes dans les champs, les fabriques, autant que les événements comme le décollage d’une montgolfière. Mais de Jouy-en-Josas à Valenciennes, il y a des kilomètres qui n’ont pas permis la circulation des motifs d’un tissu à l’autre. A Valenciennes, c’est une dentelle fine, particulière dans laquelle se nouent quatre fils, produisant ainsi des octogones.

Façon d’interpréter la dentelle de Valenciennes.

Il y a bien sûr l’Escaut et une nouvelle couche de dentelle à peu près proportionnelle à la part de l’eau de surface présente dans chacune des communes.

Une seconde épaisseur de dentelle.

Ce sera donc la trame de la carte à laquelle s’ajoute la couche vectorisée du bâti de la métropole, pochée en bleu clair, puis en gris la couche vectorisée du bâti des quartiers concernés par le programme “Habiter les rives”.

Le bâti de Condé sur Escaut
Le bâti du quartier concerné par le projet “Habiter les rives”

Ce qui donne une trame entremêlée, variant les échelles et conçue comme le support d’une vision panoramique, un peu comme une table d’orientation.

Trame de fond de carte entremêlant les échelles du fleuve, des quartiers et des villes.

Les territoires communaux et les quartiers sont désorientés, retournés, déplacés, les rues ne concordent pas toujours. C’est un clin s’œil aux Villes pivotées.

En noir, en trait plus épais, comme une broderie accrochée aux fils de la dentelle, les récits des habitantes et des habitants. Quelques éléments se repèrent en bleu, ou bien qu’ils soient réellement bleus, ou bien qu’ils rappellent le fleuve tout près mais finalement peu visible sinon le long du canal.

A Valenciennes :

Iel a entendu les jeux des enfants : dans la rue ou devant l’école, à jouer à la marelle devant l’école. Ce qui l’a surpris·e, c’est sa rencontre avec une chèvre qui participe au nettoyage des abords du port de plaisance.

Il paraît que sur le pont de l’écluse, il y aurait une copie vivant du Manneken-Pis ?

Souvent on lui a parlé d’un oiseau bleu, iel a compris que c’était une belle maison commune. En levant le nez il s’est imaginé au balcon de l’un des nouveaux appartements de l’ilot Folien.

 Les travaux sont très présents dans cette ville, le paysage y change tout le temps.

Bruay-sur-Escaut

 Au départ, iel a pris peur, il trouvait qu’il y avait beaucoup de chiens dans les jardins. Et puis en cherchant le chêne Kakane  dont tout le monde parlait, iel a trouvé des balançoires, pas loin de la place toute réaménagée. En revenant vers le canal, iel a croisé quelques pêcheurs et la péniche lui rappelait les souvenirs de jeunes plongeurs qui s’amusaient à passer dessous.

En se hissant sur la rive, iel a compris d’où venait ce bruit qui ponctuait la journée dès 4 heures le matin.

On lui a parlé de Jean Le Mineur, ça a l’air d’un chic type, mais notre géant·e ne sait pas trop comment se fabrique le cinéma. Iel a su qu’on dansait bien chez Maka.

Et pourquoi qu’Adolphine et Chope n’y auraient pas dansé aussi ?

Il y a d’étranges poteaux à Bruay qui relient tous les habitant·es entre elleux.

Fresnes-sur-Escaut.

A Fresnes il y un pont élégant qui regarde passer les péniches

Mais il n’y a pas que le canal, à Fresnes on pêche   aussi dans l’étang, juste derrière le temple de l’Amour où s’éparpillent quelques oies.

C’est à Fresnes que le premier filon de charbon est sorti de dessous la terre. Comme dans les autres villes, le tram circule. En face de l’arrêt, des gens discutent en sortant des commerces.  .

La maison bleue abrite une foule de gens dont un bibliothécaire ingénieux. Plus loin, un musée vivant des enfants  

Condé-sur-Escaut

Dans le jardin des petites maisons de Condé, il y a du linge qui sèche, des poules qui gambadent.

De la fenêtre des immeubles on voit les plaines.

Pour cet inventaire, j’ai tenté de reprendre l’idée d’abécédaire. C’est encore à travailler.

Regarder la mer… ou pas : réduction de roulotte

Pour la résidence de Feriel Boushaki en 2020-202é, dans la banlieue nord-est de Paris, se pose la question : voir la mer et la donner à voir. Plus sérieusement : voir le paysage ou fabriquer le cadre du regard. Etre enfant, un tube : regarder dedans. Arrondir ses doigts en faire des jumelles, arriver à une plus grande précision.

Et si on élargissait le cadre ? Rien de nouveau, sur les bords de fleuve, dans certains jardins représentés par les peintres, il y a ces cadres, comme invitation à reproduire la vision, le cadrage. Pourtant si l’on faisait un pas de côté ? Ce serait un peu pareil, mais très différent. Et si la forme varie que se passe-t-il sur les bords ?

Lors d’une formation Danse et paysage à l’Ecole du paysage de Versailles, Mathias Poisson propose une évolution du cadre du regard. Avec deux baguettes. Ce n’est plus un tableau, c’est un film, c’est étroit, large, c’est le ciel, les scènes de pique-nique de familles ou d’ami·es, Une histoire se met en place, la dramaturgie s’invente au fur et à mesure que le mouvement se chorégraphie.

La compagnie La Commune mesure propose une création : ça te regarde. C’est une danseuse de dos, portant un rétroviseur de rue. C’est beau et étrange. Le rétroviseur de rue est un miroir déformant qui renvoie une vision grand-angle du paysage. Ça nous regarde, nous nous regardons, nous avons rétréci, nous sommes dans un tout beaucoup plus large, dans un monde. Une variation d’échelle. Le rétroviseur est un disque. Qu’est-ce que cela changerait quelque chose si c’était de face ? Si la forme était différente, le miroir était convexe au lieu d’être convexe ?

Continuons de perturber la perception. Sous un parapluie il y aurait une diffusion sonore avec de toutes petites enceintes. Qu’est-ce que ça diffuse ? Du son ? Une musique ? Un texte ? Qu’est-ce que ça change sous un parapluie alors qu’un casque serait plus pratique non ? Et si le parapluie était biplace ? Qu’est-ce que ça change de porter un objet pour participer à l’observation d’un paysage ?

Ensuite il s’agit de rendre compte, ou alors de mettre en regard. Une roulotte-cinéma individuelle ? Est-ce que ça fonctionne ?

Et si ce qu’on voyait le moins c’était le ciel ? Si on tourne des caméras vers le ciel qui retransmettraient directement sur une voiture à bras ou un vélo-cargo. Ce serait adaptable pour voir ce que l’on veut. Peut-être que l’on verrait différentes échelles d’un même objet ? Peut-être que ce seraient des choses enregistrées préalablement ?

A la fin, cela n’a pas servi aux travaux de Fériel Boushaki qui a imaginé des formes plus grandes et plus importantes encore : et si on mangeait la carte du territoire ? Territoire qui nous mange et nous fait manger…

Labo-roulotte de quartier

Une deuxième version du labo-roulotte doit s’adapter à un quartier. Elle doit conserver son aspect loufoque d’objets d’intérieurs à l’extérieur pour continuer d’être un espace éveillant la curiosité. Cette seconde version doit continuer d’être facilement transportable, repliable.

Le Laboratoire-roulotte

Dispositif laboratoire-roulotte : roulotte, parce que c’est une sorte de salon déplaçable ; laboratoire, parce que nous conservons l’idée de montrer la recherche en train de se faire à ciel ouvert. Les stations choisies sont relativement longues, 4 heures en moyenne. La raison fondamentale de ce choix de petites réunions (appartement comme laboratoire-roulotte) vient d’un constat : les réunions publiques ne sont pas ou très peu fréquentées par les femmes devant s’occuper seules de membres de leur famille, occupant des emplois à horaires décalés, ou hésitant à sortir le soir. Ainsi créer les conditions d’un accueil confortable permet un temps long d’échange en ayant le sujet de travail devant les yeux. Cela rompt avec la situation asymétrique de la personne enquêtrice et de la personne enquêtée debout dans la rue. Ici, cela se veut une invitation, peut-être prétentieuse, une hospitalité à entrer dans le processus de recherche.

La méthode Topino : une visibilité des rapports de genre

La méthode Topino qui consiste à appliquer des maques de couleur sur les personnes identifiées comme femmes ou comme hommes a été développée dans le cadre d’une recherche-action menée à Gennevilliers de 2014 à 2020 et financée par la municipalité, sur les expressions des rapports sociaux de genre dans l’espace public. L’origine de cette méthode vient de la production artistique du peintre Gérard Fromanger, principalement dans les séries Annoncez la couleur et Hommage à François Topino-Lebrun. Dans la série Hommage à François Topino-Lebrun, Gérard Fromanger compose en 1975 La mort de Pierre Overney, entre 1975 et 1977 La mort de Caïus Gracchus, La vie et la mort du peuple, en 1989 Le siège de Lacédémone par Pyrrhus repoussé par les habitants eux-mêmes de tout sexe et tout âge et entre 1975 et 1977 La vie des idées. Ce sont La mort de Caïus Gracchus et La vie et la mort du peuple qui servent de point de départ à la réflexion. Le premier tableau reprend la composition et le titre d’une toile du peintre François Topino-Lebrun représentant l’assassinat du tribun de la plèbe romain Caïus Gracchus dans une émeute après l’autorisation de son élimination donnée par le Sénat par la promulgation d’un senatus consultum ultimum. Caïus Gracchus meurt en 121 avant J.-C.  François Topino-Lebrun, peintre de la Révolution, jacobin et babouviste est lui aussi visé par un procès en 1801, au moment où il prépare un grand tableau représentant le Siège de Lacédémone, incitant le peuple à défendre la République. Il est guillotiné le 31 janvier 1801. Ses œuvres sont redécouvertes dans les années 1970. Gérard Fromanger proposer une interprétation cartographiée et légendée de l’œuvre peinte par Topino-Lebrun avec 13 cartouches, de couleurs et de gradation différente établissant des correspondances entre les intervenants dans le processus de condamnation et de mise à mort de Caïus Gracchus et de Topino-Lebrun. Les acteurs sont spatialisés et anonymisés par des masques de couleurs, de sorte que cela donne à voir le système politique et les rapports de domination plutôt que les individus agissants. Le second tableau, est présenté en regard et présente une scène de la vie parisienne des années 1970 où les individus sont masqués et cartographiés selon la même légende que dans le tableau précédent.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search