Abécédaires 1

Ici, l’idée est de produire un abécédaire des lieux investigués. Il y aurait dans un premier temps l’abécédaire observé, puis l’abécédaire coproduit avec les habitant·es et les usager·es du lieu et enfin l’abécédaire qui tient compte de ce que les lieux évoquent. Sorte de formalisation graphique des palimpsestes.

Les extraits ci-dessous sont une première tentative d’abécédaire d’un parc public parisien paysager et sportif… La tentation est grande d’y voir une sorte de tentative d’épuisement d’un lieu parisien (Perec) graphique, et après tout, pourquoi pas ?

En l’occurrence, l’abécédaire s’appuie surtout sur les discussions menées avec les habitant.es lors de déambulations commentées. Il pourrait être travaillé uniquement à partir d’observations…

L’idée d’un abécédaire, revient donc à établir un inventaire non spatialisé de ce qu’il se passe dans un espace. Ce n’est donc pas une carte, parce qu’il perd la mise en relation des usages contrairement à une carte sensible comme avait pu en produire une pour Gennevilliers l’architecte Chloé Mercier (“Le regard sur le regard : carnet de voyage et carte sensible de Gennevilliers” in Les sens de la ville de Corinne Luxembourg, Damien Labruyère et Emmanuelle Faure, Le temps des Cerises, 2020).